Pénurie de médicaments : l’UNSA prend position

La crise sanitaire du COVID 19 a projeté un éclairage brutal sur la pénurie de médicaments dont souffre notre pays. Pour l’UNSA, la France comme l’Europe doivent tirer les enseignements de cette crise, et faire de la sécurité sanitaire une priorité.

Une pénurie de médicaments en hausse constante : En 12 ans, le nombre de médicaments introuvables en France a été multiplié par vingt ! En 2008, 44 médicaments étaient signalés en rupture du stock ou en risque de le devenir. Aujourd’hui ce chiffre s’élève à 871. Ces pénuries touchent autant les pharmacies de ville que les hôpitaux, comme on l’a constaté ces dernières semaines dans le contexte de la crise sanitaire liée au Coronavirus .

La délocalisation de la production en question Une des causes majeures de cette pénurie provient de la délocalisation et de la concentration de la production vers une poignée de pays, voire d’usines. Entre 60 et 80 % des principes actifs nécessaires à la fabrication des médicaments sont fabriqués hors UE, essentiellement en Inde et en Chine. Cette situation de dépendance prive la France et l’Europe de la maîtrise des moyens de leur sécurité sanitaire.

Une réponse stratégique nécessaire L’UNSA affirme que la crise sanitaire que nous traversons en raison du Covid-19, doit nous pousser à repenser de façon urgente notre stratégie en matière de sécurité sanitaire. Un renforcement de l’État et de l’Europe stratèges s‘impose d’urgence. Les questions de « relocalisation de certaines activités industrielles, voire de nationalisation ne doivent donc pas être taboues ».

Il faut dès à présent, avec l’Europe, organiser la filière de bout en bout. Cela passe également par l’intégration d’exigences fortes en matière de qualité et de responsabilités environnementales.__ C’est à ce prix que nous pourrons mieux protéger nos concitoyens.__

compteur de visite html