Pour l’avenir de la Fonction publique et de ses agent-es !

L’impor­tante jour­née d’action et de grève des agent-es du 9 mai der­nier à l’appel des orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FAFP, FO, FSU, Solidaires et UNSA a permis de dénon­cer le projet de loi de trans­for­ma­tion de la Fonction publi­que lourd de consé­quen­ces néga­ti­ves tant pour les agent-es que pour les usager-es.

Les annon­ces récen­tes sur les 120 000 sup­pres­sions d’emploi qui ne seraient plus l’objec­tif du gou­ver­ne­ment et sur la mise en place d’une prime de pré­ca­rité cons­ti­tuent des inflexions posi­ti­ves à mettre au compte de la large unité syn­di­cale et de la mobi­li­sa­tion.

Mais, sur l’essen­tiel du projet de loi, à ce jour, le gou­ver­ne­ment n’a pas répondu aux légi­ti­mes inquié­tu­des des orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les par exem­ple sur les nou­vel­les ins­tan­ces de dia­lo­gue social pré­vues ou encore sur le recours accru au contrat et il ne tient aucu­ne­ment compte de leurs pro­po­si­tions.

Si ce projet de loi était adopté par le Parlement, il aurait des réper­cus­sions graves sur la qua­lité du ser­vice public, sur l’exer­cice des mis­sions publi­ques et sur les condi­tions de tra­vail des agent-es.

A la veille d’un rendez-vous sala­rial, les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les exi­gent une poli­ti­que sala­riale qui per­mette de reconnaî­tre mieux le tra­vail, les qua­li­fi­ca­tions et l’enga­ge­ment pro­fes­sion­nel de toutes et tous les agent-es. Elles reven­di­quent une amé­lio­ra­tion des salai­res de toutes et tous les agent-es qui pas­sent par le dégel du point d’indice et des mesu­res géné­ra­les ainsi que par la sup­pres­sion du jour de carence.

Les orga­ni­sa­tions syn­di­ca­les CGT, UNSA, FSU, Solidaires, CFE-CGC, CFTC, FAFP de la Fonction publi­que affir­ment de nou­veau leur atta­che­ment aux valeurs du ser­vice public et à une Fonction publi­que au ser­vice de toutes et tous, por­teuse de l’inté­rêt géné­ral. Elles appel­lent les agent-es à se mobiliser les 27, 28 et 29 mai par des ini­tia­ti­ves et actions diver­ses (confé­ren­ces de presse, ren­contres avec les élu-es, débats, ras­sem­ble­ments…), et parti­cu­liè­re­ment le 28 mai jour du vote du texte par l’Assemblée natio­nale, pour dire non à ce projet de loi de trans­for­ma­tion de la fonc­tion publi­que et exiger une reva­lo­ri­sa­tion sala­riale pour toutes et tous les agent-es.

Voir le tract intersyndical en ligne : cp_ff_17_mai.pdf (PDF - 572.2 ko)